Venez, on devient beau ! Obsession beauté 2.0 (conséquences)

filtre internet devenir beau

Obsession beauté 2.0

La beauté, ce concept imagé que nous tentons en vain de définir. Oscar Wilde a dit « La beauté ne se discute pas, elle règne de droit divin. Elle fait prince quiconque la possède », recherchons nous à devenir roi en retouchant nos photos ? Notre évolution au sein des réseaux sociaux prend un chemin vers la fascination du beau, embellir le tout, embellir le nous.

Adepte des filtres instagram, je me rends à l’évidence que ces nouvelles options sont devenues addictives, impossible de faire sans quand on a déjà mis un pied dans la marre. Vous avez peut être déjà entendu ces commentaires lorsque vous prenez des photos avec des amis, l’un d’eux dit souvent « Oh non, je ne suis pas belle ! On ne la poste pas ! », puis l’autre répond « Ne t’inquiètes pas, je vais faire quelques retouches ». Voilà, c’est nous, la génération 2.0, celle qui veut rendre beau ce qui l’est déjà.

Objectif beauté 

Les articles polémiques pointant du doigt photoshop sur les magazines ouvrent toujours un grand débat sans fin, celui du « elle est plus moche en vraie ». Ceci dit, les célébrités sur papier glacé ne sont plus les seules à user de la nouvelle technologie pour améliorer leur image. Nous autres, les utilisateurs des filtres en tout genre, utilisons aussi la même fonction avec l’objectif ultime d’atteindre la beauté recherchée. Alors, sommes nous tous devenus moches dans la vraie vie ? Les mots sont forts, mais poursuivons…

Dans l’absolu, la beauté a d’innombrables définitions, elle est unique selon la perception qu’on s’en fait, selon notre idée individuelle, elle se construit au fil de nos goûts personnels. Il nous arrive de comparer notre apparence à celle d’un personnage public, sous prétexte que celui-ci est suivi par des milliers de personnes. Sa popularité nous laisse deviner qu’il correspond à la beauté universelle, alors le but communautaire est de l’atteindre. En quelques clics, je deviendrais ce prince.

Beauté sans filtre

En plein ère des multi-filtres, nous créons notre identité digitale qui correspondrait à un idéal. L’envie d’avoir une apparence plus jolie sur la toile nous pousse à l’extrême usage des retouches. D’un simple mouvement tactile, nos doigts ont découvert un pouvoir magique : celui de nous transformer. Mais qu’en sera-t-il de notre amour propre ? Vous savez celui qu’on a en se regardant devant un miroir. Ce reflet qui ne correspondra plus à cette image confectionnée à la perfection au coeur de notre terre d’accueil numérique. À force de nous retoucher, la vision de notre apparence diffère, se perd dans ce tourbillon de filtres.

J’ai déjà vu des photos postées sur la toile avec la mention #nofilter (sans filtre) comme une envie de se rassurer « oui, je suis comme ça en réalité ». On imagine l’attente, le désir frustrant de recevoir l’approbation générale sur le niveau de sa beauté. Espérons ne pas en arriver jusque là… Nous devons rester maître de notre reflet, ne pas attendre l’acquiescement communautaire qui met en péril l’appréciation de soi-même.

Du clic au complexe 

Le maquillage est et a toujours été notre premier filtre ! Malgré son usage, il n’a pas bonne mine sur les pages, il n’est plus suffisant. Nous devons nous résigner à accepter cette addiction du beau virtuel. La problématique que je souhaite soulever est qu’il ne faudrait pas en arriver au point de ne plus s’aimer en vrai. Ça pourrait faire grandir un complexe physique sur notre réelle image.

Récemment, j’ai eu ce sentiment… Utilisatrice des réseaux sociaux, je me suis laissée prendre au jeu des filtres. Je retouche souvent mes photos sur instagram pour donner plus de lumière et booster la couleur. Puis, un jour j’ai pris le temps devant mon miroir et j’ai vu ces cernes, ces imperfections, ces tâches, ces cheveux trop ternes, les ombres autour de mon nez, cette imperfection sur le menton, ces cuisses bien trop grosses, cette taille trop petite, ce chemisier moins blanc qu’en virtuel et je me suis sentie moche. Une horrible sensation à la hauteur de son reflet. Cette fille de l’autre côté de la glace représente mon identité naturelle, celle avec qui je suis censée me sentir le plus en harmonie. Elle n’a jamais changé, elle illustre par ses traits mon histoire. Alors, pour quelle raison ce sentiment commençait à m’envahir ? J’ai pris le temps d’y réfléchir, puis la réponse est apparue sans filtre. C’est tout simplement l’habitude de ne poster que des photos filtrées qui a fait grandir en moi une haine envers le vrai moi et une perfectionniste obsessionnelle du contrôle de l’image. Ceci ne serait pas grand chose s’il n’atteignait pas l’amour propre car la clé d’une vie heureuse commence par là. On ne peut aimer si l’on ne s’aime pas soi-même.

Notons que cette émotion malsaine est une illusion car les filtres ont certes le don d’améliorer l’image digitale, mais dans l’absolu notre apparence reste inchangée. Je veux dire par là qu’il ne faut pas rentrer dans cette tourmente additive, il faut avoir un usage des filtres modéré pour ne pas alterner la perception de soi-même et surtout la confiance en soi. La vraie vie est celle qui nous comble de bonheur au quotidien, alors privilégions celle ou celui que nous sommes pour de vrai.

Ce phénomène numérique a le risque de créer des complexes, surtout aux personnes qui ne s’aiment déjà pas. Aimez vous, vous êtes beaux tels que vous êtes. Une amie psychologue m’a donné un conseil simple que je vous invite à appliquer aussi : se dire je t’aime tous les matins en se regardant devant le miroir. N’est-ce pas un bon début pour renouer avec votre amour propre dans la vraie vie ? :-)

Dans cet élan d’optimisme, je vous conseille également de tenter une digitale detox afin de vous reconnecter avec vous-même (cliquer pour plus d’informations).

Bonne semaine à tous !

Je vous poste quelques extraits de mon passage sur Périscope. Par ailleurs, je vous rappelle que je suis sur la chaîne @wescopetv tous les mercredis à 20h pour 30 minutes de discussion avec les internautes autour du sujet : l’évolution de nos comportements digitaux. On ouvre le débat et tout le monde peut donner son avis en direct.

Rejoignez la conversation juste en bas en laissant votre avis ou votre expérience :-)


FacebookGoogle+Partager