NOMOPHOBIE : LE DICTIONNAIRE S’ADAPTE, MOI AUSSI (DICTÉE 2.0)

NOUVEAUX MOTS DICTIONNAIRE PETIT ROBERT LAROUSSE

Larousse et le Petit Robert s’adaptent, moi aussi ! 

Chaque année, les dictionnaires de la langue française se renouvellent afin de définir ces nouveaux mots souvent utilisés dans notre langage courant qui évoluent au fil du temps. À l’ère du numérique, on ne pouvait donc pas échapper aux mots 2.0.  Cette même évolution nous a rendu exigeants quant à la vitesse de la réponse à notre requête. Ce bouquin rase les murs dans la plupart des foyers, laissant sa place au moteur de recherche intelligent. Devenu un réflexe pour beaucoup, une définition se trouve en un seul clic. Bien qu’ils soient banals, sauriez-vous les définir ?

Les dictionnaires n’ont pas dit leur dernier mot ! 

Avoir un Petit Robert ou un Larousse à la maison pourrait bien redevenir à la page car les dictionnaires se sont refaits une beauté en accueillant le vocabulaire nouvelle génération. Une bonne raison pour se réconcilier avec notre vieil ami des mots.  L’évolution c’est maintenant !

Amoureux des mots, ne vous abstenez pas. Si cette nouveauté vous provoque des maux, notons bien que les anciens mots conservent leur charme d’antan sans prendre une ride. La langue de Molière est et restera l’une des plus belles de notre histoire.

Sortez les mouchoirs, naissance officialisée des nouveaux mots, je me laisse tenter par une dictée génération Y 

Je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer une future dictée pour la génération à venir. Attention vos enfants devront les connaître à la perfection. Nul doute que cette liste va s’allonger dans quelques années. Après tout, on vit avec son temps !

Comme une envie de jouer avec les mots du dico, je vous propose une dictée 2.0

Mercredi matin , 8h pétante je rejoins la twittosphère en tant que nomophobe assumée lorsque j’aperçois par ma fenêtre un droniste peu expérimenté. Je m’empresse de tweeter un emoji afin d’exprimer ma hâte de retrouver mes amis pour un hackathon à l’heure du déjeuner. Enfin prête à me rendre à cette réunion un tant soit peu geek, j’informe mes abonnés sur twitter que je vais m’absenter pour la journée. J’inclus un émoticône perplexe car je n’ai pas eu le temps de faire la sitographie qui m’était demandée pour la réunion à laquelle on m’attendait.

À la bourre, comme tout bon écocitoyen, j’ai covoituré avec un anonyme. Nous avons écouté un podcast d’une webradio. Après m’avoir déposé, j’ai vu qu’il avait déjà mis un like à ma dernière publication, peut-être deviendrons nous des amis…

L’heure du déjeuner a sonné ! Un voisin de table me parle de son souhait d’ubériser le secteur alimentaire. Lol ! Prise d’un fou rire interne, la nomophobe  que je suis s’empresse de tweetter mon humeur bien illustrée.

Finalement, nous avons passé notre temps à geeker jusqu’à pas d’heure. Le webmestre ayant rencontré quelques problèmes techniques, notamment avec le wifi, n’a pas pu actualiser le webzine pour publier le compte rendu.

Il est 2h du matin, insomniaque non assumée, j’écris ce texte dans mon journal numérique. Les anciens diront blog

À ma plus grande surprise, mon Macbook me signale une multitude de mots à corriger. Pourtant le Youtuber Frenchie Dico n’en a pas encore parlé… Étrange !

Furieuse, j’en informe la #teaminsomniaque sur la twittosphère. Débat général jusqu’à 5h du matin sans l’ombre d’un troll à l’horizon. Je poste un selfie que j’envoie instantanément sur la webosphère.

Récit de ma supposée future journée déjà d’actualité. Je vous laisse car je vais manger un wrap vegan avant de me coucher.

Ps : À tous mes amis de la poésie, je vous surkiffe (celui là c’était juste pour la route ;-)

Si l’envie de plonger dans un dico se fait languir, rendez-vous à la librairie pour acheter votre nouveau livre de chevet : Larousse 29,90€ et Robert 59,00€ 

NOUVEAUX MOTS DICTIONNAIRE

Si vous êtes atteint de nomophie ou pas, n’hésitez pas à tweeter, partager, facebooker, instagrammer et commenter cet article !

Parce que la dépendance doit aussi se soigner, lisez cet article pour vous désintoxiquer : DIGITAL  DETOX, C’EST L’HEURE DE SE DÉCONNECTER 

FacebookGoogle+Partager