MORAL À ZÉRO ? DÉCOLLAGE IMMÉDIAT DESTINATION USA

SARAH AVENA

Une semaine chrono en Amérique pour se rebooster 

Depuis mon installation à Paris, beaucoup de choses ont changé dans ma vie : nouvel appartement, nouveau quartier, nouvelles rencontres, un projet professionnel différent et un horizon bien plus large. Vivre au quotidien dans une capitale n’est pas une évidence pour tous et le moral en prend un coup. Même si ça fait cliché, je viens du sud et je commence à penser que la grisaille Parisienne a déteint sur mon humeur. Ces dernières semaines, il a fait bien gris dans mon petit monde. L’ambition  est un bon cocktail journalier qui permet d’avoir le courage d’affronter les difficultés que l’on peut rencontrer dans un changement radical de vie. Récemment, je me suis remise en question alors j’ai compris que j’avais besoin d’un autre remontant.

.

Pas de problème, juste des challenges ! Quelqu’un a dit problème ? 

 

Il nous arrive à tous d’avoir une période de doute à un moment donné. J’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de m’envoyer dans les airs vers une destination plus optimiste pour donner un coup de fouet à cette page blanche ! Je vous propose de partager mon aventure dans cette péripétie sans donner de leçon, juste une expérience personnelle.

J’ai posé mes valises pour 10 jours chrono à Los Angeles puis New York. Autant le dire, le soleil de la cité des Anges ça remet les idées en place et la grande pomme donne envie de croquer la vie à pleine dent !

Lorsqu’on s’envole de l’Europe vers la Californie, on a l’impression de remonter le temps avec 11 heures  de vol dont le départ était à 16h et une arrivée le même jour à 19h. A peine sortie de l’aéroport, je monte immédiatement dans la voiture et le chauffeur me demande poliment si j’ai eu un bon vol, je lui réponds désespérément « oui mais plus d’1h de retard ! » . Il m’a offert en retour ces belles paroles accompagnées de son sourire : « 1h, oh ce n’est rien ! ». Ces quelques mots m’ont suffit pour oublier mes humeurs maussades de nouvelle Parisienne.

Je vais essayer d’être aussi brève et efficace que mon court séjour alors j’ai profité de ce voyage pour ramener dans ma valise des souvenirs utiles.

Santa Monica Beach

 

 

√ Peu importe le statut social, le client est roi. 

J’ai pu remarquer ce point clé dans différents lieux et pas forcément 5 étoiles  (hôtels, restaurants, boutiques). Bien qu’à un moment donné je me suis demandée si je n’étais pas le sosie d’une jeune femme connue car on m’a souvent dit « ravie de vous revoir » ou bien « ça fait longtemps qu’on ne vous a pas vu », c’était assez drôle, gênant parfois mais plaisant. Un peu dans tous les commerces, ça commence par un « comment ça va? » puis « à très vite » . Le service est très important et lorsqu’on est client c’est agréable de se sentir considéré même pour des futilités.

√ Le réseau

Ils ont une manière subtile de garder contact avec vous en toute circonstance. Par exemple, lorsque vous payez par carte bancaire, l’écran vous demande immédiatement votre adresse email et vous dit même que la boutique a hâte de refaire du shopping avec vous ! Ça donne envie de revenir, non ? :)

√ Bye bye les clichés à la française ! 

Si tu as réussi ça se voit et si ce n’est pas le cas, ne te démotives pas « tout est possible ». J’ai discuté avec beaucoup de personnes différentes et à chaque fois que je parlais de mes petits projets, ils devenaient plus grands au fil de la conversation. Ton rêve est pris au sérieux même s’il peut paraître fou.

√ La richesse se voit et tant mieux

Il n’y a pas de honte à gagner sa vie, au contraire ! Le luxe ne m’a jamais impressionné mais lorsqu’il est étalé sans prétention et qu’on peut deviner son long chemin du combattant, je le trouve particulièrement beau. On ne ressent pas la jalousie dans les regards mais il réveille l’ambition et le courage.

√ Le rêve américain

Il y a une vraie conscience de l’argent et tu ne peux pas y échapper. Les publicités et son esprit marketing sont partout. Si tu veux réussir, tu dois te réveiller tôt et prendre ta vie en main car personne d’autre ne le fera à ta place.  Petite anecdote, j’ai pris un taxi à New York et j’ai eu la chance de tomber sur un chauffeur très sympa qui parlait français. À 18h, nous étions bloqués dans les embouteillages, ce qui nous a permis d’avoir une conversation très intéressante avec le tutoiement s’il vous plaît ! Il est Américain depuis plus de 15 ans, il a quitté le Gabon puis la France. Il m’a expliqué sa vie dans la précarité, qu’il partage son taxi avec un autre, poursuit des cours de cuisine le soir et veut ouvrir son restaurant très prochainement. Il ne m’a pas dit qu’il voulait être employé mais être le patron. C’est une mentalité que j’admire, c’est beaucoup ça les USA.

√ La fierté

Je ne vais pas m’étaler sur ce sujet mais WOW ! Si tu n’es pas sûre d’être aux États-Unis c’est que tu ne connais pas leur drapeau, c’est simple il est partout même sur la plage.

√ La mégalomanie !

J’utilise ce mot car je pense qu’il est à la hauteur… Tout est grand. Les grattes ciel, les routes, les voitures, la plage, les parcs, les plats dans les restaurant, même les flacons de shampoing. Lorsque j’étais dans une boutique à Beverly Hills, j’ai dit à un vendeur que je venais de Paris. Il m’a dit le célèbre « J’adore » mais qu’il avait été choqué par le petit lit dans son hôtel lors de sa dernière visite chez la dame de fer. Bref, si je suis la logique : vois grand et tu auras grand !

Central Park NYC

 

Ce séjour n’était pas seulement une semaine de repos mais une cure d’énergies positives :

♣ Marcher sur une plage immense m’a donné l’impression que le chemin peut parfois être long mais que la destination est belle.

♣ Se réveiller au sommet d’un gratte ciel m’a rappelé que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

♣ Me promener au coeur de la folie des immenses rues de Manhattan m’a revitalisé en énergie ultra motivantes !

♣ Prendre un taxi et discuter avec un chauffeur courageux m’a rappelé que même dans les moments difficiles, on peut avoir une lueur d’espoir sans abandonner sa réelle destination.

♣ Me balader à travers les chemins du Central Park m’a prouvé que l’art de vivre appartient à tous.

♣ Et petit clin d’oeil féminin : Aller dans un bar et voir de vraies Working Girl sans homme autour, ça fait tout simplement plaisir.

Alors oui, on a tous déjà connu un moment de chagrin, une baisse de motivation, une déprime passagère pour quelconque raison mais il ne faut pas oublier que le parcours commence toujours à partir d’un rêve avec des obstacles et une destination à la hauteur de vos ambitions.

Rêve ⇒ Espoir ⇒ Motivation ⇒ Determination ⇒ Action ⇒ Concrétisation

 

J’espère que vous avez aimé cet article mais surtout qu’il vous a fait voyager au coeur de votre ambition. Peu importe vos rêves, n’abandonnez jamais.

Si vous avez des commentaires ou remarques, n’hésitez pas à laisser vos impressions ou à liker ♥



 

 

FacebookGoogle+Partager