MOI SI J’ÉTAIS UN FAN, JE SERAIS YOUTUBER : ÉVOLUTION DE LA FAN ATTITUDE

fan des stars réseaux sociaux

ÊTRE FAN 

Fanatique, moi ? Pas du tout ! Enfin j’ai juste acheté la totalité des Star Club, Fan de et tous les magazines dans lesquels MA star était publiée. Albums, single, posters, ma chambre était tapissée avec son visage ! Dès que j’avais quelques sous, je me précipitais vers le kiosque pour trouver n’importe quel support dans lequel MA star paraissait. Sa chevelure blonde, j’en rêvais, je dévisageais toutes ses apparitions à la télé avec une larmichette dans le coin de l’oeil. Celle qui m’a mis dans tous mes états d’adolescente s’appelle Britney ! Britney Spears, icône des années 90 à 2000, elle-même fan du playback pour lequel je l’aurais défendue envers et contre tout, elle m’a fait rêver. En secret, je griffonnais son portrait et espérais qu’un jour j’irais voir un de ses shows. Pour ce faire, je connaissais toutes ses paroles par coeur, j’ai même appris l’anglais en partie grâce à elle. Hit me baby one more time… Bien que ma lubie me soit passée, je garde toujours chez ma mère une quantité folle d’archives de mon idole du passé.

Enfin ça, c’était avant !

À présent, la nouvelle génération est fan de célébrités du web. Ils ne sont ni chanteurs, ni acteurs. Ce sont des gens dits normaux qui font des vidéos et des photos. Cyprien, EnjoyPhoenix, Jeremstar, Horia, Sananas, et la liste est longue, sont des icônes pour les jeunes d’aujourd’hui. Il suffit de regarder les vlogs de ces Youtubers pour constater l’état émotionnel de leur fan club lorsqu’ils viennent à leur rencontre. Pleurs, cris, malaises, le niveau de fanatisme est à son maximum. La différence ? La proximité quotidienne qu’ils entretiennent sur les réseaux sociaux. Ce phénomène me laisse perplexe sur le pourquoi. Pourquoi être fan d’une star du web ? Quels sont les points positifs ou néfastes plus particulièrement pour les ados ? Quelle est la limite ?

Être fan d’une star du web c’est…

Croire que le youtuber ou blogger est votre meilleur(e) ami(e). S’abonner à tous ses comptes sociaux pour ne pas rater une miette de son quotidien. C’est de n’avoir pas besoin de paparazzis car la star dévoile déjà tout. C’est regarder une Snapstory dans lequel la star se confiera en larmes parfois, se maquillera en parlant souvent, fera des blagues, montrera son chéri(e) quelquefois, mangera de temps en temps, donnera une leçon de vie des fois, des conseils aussi et surtout vous fera découvrir son intimité. Être fan aujourd’hui, c’est rentrer chez son idole. Penser que la star n’a pas de porte, qu’elle doit tout partager car elle le doit à ses abonnés.

Avant, un producteur s’occupait de vous présenter celui ou celle qui deviendra l’icône de demain. De nos jours, la star s’auto-créée sur internet avec son propre personnage et son quota d’abonnés à faire accroitre pour atteindre le sommet. En bref, la star du web s’auto-produit.

La normalité a quelque chose de fou qui rapporte gros.

La star du web est normale

Sa carrière en fait rêver beaucoup, c’est normal car son premier atout est d’être normale. Même pas besoin d’une équipe d’experts pour devenir l’influencer aux millions de followers. C’est dans sa propre chambre qu’elle fait naître sa réussite à l’aide d’un simple smartphone ou d’une caméra. Peu importe, le plus grand talent de l’icône du net c’est sa personnalité avec le culot d’avoir osé s’afficher. Ce n’est pas pour rien que les ados de la nouvelle génération rêvent de devenir célèbre sur internet car les outils sont à la portée de tous, mais le succès reste néanmoins difficile d’accès. Facteur chance ? Je dirais plutôt persévérance, motivation et bien que certains ne l’admettent pas, réussir sur les réseaux sociaux demandent de la créativité.

De la Web réalité tellement réelle

L’idole 2.0 se met à nue, à l’aide de filtres ou pas, vous pénétrez dans son quotidien. Un peu comme dans une télé-réalité, selon ses limites, la star du net montrera sa vie sous différents angles. On peut en différencier deux sortes, ceux qui vont tout dévoiler en vidéo sur Snapchat, Youtube et Instagram en vous faisant découvrir l’envers du décor de sa vie d’influencer. Puis, il y a ceux qui fixeront la barrière en ne publiant que des contenus professionnels avec un selfie volé par-ci par-là. Le fan club est une audience fidèle qui ne rate pas le moindre partage. Ce qu’elle mange, ses coups de gueule, ses émotions, sa tenue du jour, ses amours, ses rendez-vous pro, ses délires sur Snapchat avec le filtre chien, ses performances sur Musicaly, la célébrité du net a sa propre web-tv-réalité avec l’avantage d’être le metteur en scène de sa propre image.

C’est néfaste d’être fan ?

N’oublions pas que le mot fan vient de fanatique, ça sonne déjà péjoratif. Forcément, le fan qui idolâtrera sa célébrité avec un soupçon de jalousie pourra développer des complexes d’infériorité. Celui qui ne prend pas de la distance en se fixant des limites, sera trop dans l’excès d’amour ou même de haine. Ce n’est pas rare de voir dans le quota des haters de vrais fans qui scrutent le moindre post pour déballer ce mal-être caché sous une rafale de commentaires haineux.

C’est pas si mal d’être fan ?

Si c’est un sentiment sain. Faire de son idole un modèle peut être positif dans la vie d’un ado. Plus particulièrement si la célébrité 2.0 véhicule de bons messages. On a tendance à zapper un fait avéré : l’ado s’auto-éduque sur le internet. Bien qu’un youtuber contestera le fait d’avoir ce pouvoir, le fan quant à lui boira toutes ses paroles en forgeant sa personnalité à l’image de son idole. Je me souviens encore de ce scandale lorsque Britney Spears disait être vierge, jusqu’au jour où son image de jeune fille modèle a été cassée, ce fut un scandale. Évidemment, le youtuber ou instagrammer a sa propre évolution, il n’en reste pas moins que lorsqu’EnjoyPhoenix a été aperçue avec une cigarette à la main, la polémique s’en est donnée à coeur joie.

Je dirais donc qu’il y a des points positifs selon celui ou celle qui est suivi sur les réseaux sociaux. Le mimétisme est une causalité de la star au fan. Tout comme les abonnés achèteront le dernier sac à main d’une fashion blogueuse, ils pourront également utiliser le même vocabulaire. Espérons tout de même qu’il soit correct et non vulgaire.

On peut apercevoir un grand nombre de fans qui idolâtrent tellement leur vedette qu’un simple follow en retour de celle-ci les rendraient heureux. Ce n’est pas pour rien que beaucoup de célébrités comptent dans leur quota d’abonnés des fans pour leurs faire plaisir.

Finalement, le fan d’aujourd’hui a un temps d’avance sur le fan d’hier. Il a une vraie proximité avec sa star, sa seule barrière reste l’écran bien qu’il soit brisé parfois grâce aux meetup organisés (rencontre). Il peut interagir avec son idole via les commentaires ou même faire partie d’un fan club en créant un hashtag sur Twitter pour lancer un message en top tweet. Être fan en 2016, c’est être déjà ami virtuel avec la star.

Et toi, tu es fan de qui ? Promis ça reste entre nous ;-)

↓ Laisse un commentaire ↓

FacebookGoogle+Partager