Devenez l’auteur de votre vie, l’oeuvre de vos envies


Lorsque j’étais petite, je me demandais souvent si ma vie n’était qu’une histoire de banal destin par défaut et que les efforts seraient toujours vains.  En grandissant, j’ai commencé à comprendre que mes rêves pouvaient devenir une réalité si je décidais de me réveiller.

Ce n’était qu’un rêve…

À 13 ans, j’avais des dizaines de rêves, utopiques pour la plupart, tellement difficile à atteindre pour un si jeune âge. L’ère de la naïveté. Je m’imaginais être une princesse, devenir astronaute, être journaliste dans un grand magazine de mode, styliste, devenir ambassadrice et créatrice d’une grande mission humanitaire, m’installer sur une autre planète, avoir une grande maison au soleil, un manoir, être présentatrice à la tv et pour combler le tout un petit chien blanc comme neige que j’appellerais Chipie. Oui, vous l’aurez compris, certains de mes rêves avaient pour but de toucher les étoiles. Pour cause, je décorais ma petite pièce, qui faisait office de placard et de bureau, avec des photos de la lune. Sans prôner aucune religion, il m’arrivait même de parler à la pleine lune en espérant un jour voir mes souhaits se réaliser. La chambre de mon frère avait une vue splendide sur ce ballon de lumière (5ème étage, ça aide).

Le problème c’est qu’à 13 ans, je n’avais pas beaucoup d’amis, j’étais réservée, mes professeurs s’étonnaient de ma présence les jours de grève et les zéros décoraient mon bulletin de notes. Naturellement avec un tableau pareil, il était peu probable d’imaginer une ascension sociale ou professionnelle.

L’incroyable vagabondait dans mon esprit. Je me laissais emporter par mon imagination et sans même fermer les yeux j’étais persuadée que je pouvais encore tout changer. Un mécanisme psychologique me chuchotait qu’il suffirait juste de voir ma vie comme un livre et d’en écrire l’histoire. Pour ce faire, je commençais à élaborer un plan et j’osais même écrire dans mon journal intime « prête à conquérir le monde » ! Mégalo ? Oui, un petit peu quand même mais seulement dans mes futurs champs de compétences (acquises grâce aux échecs).

Faire de ses faiblesses, une force

Mon quotidien n’était pas très rose à l’école, une seule amie, les garçons ne me regardaient pas, les professeurs ne s’attardaient pas sur mon cas, j’étais presque inexistante : tant mieux ! Cette transparence me permettait de m’évader et de commencer une vie parallèle comme un jardin secret. J’étais devenue mon propre personnage, j’observais les autres, j’apprenais la vie grâce à eux, je m’informais sur leurs problèmes et cette étude devenait mon plan d’attaque.

Le jour où j’ai dû changer de lycée était la première étape de ma nouvelle vie ! J’avais compris le pouvoir d’être anonyme, inconnue du bataillon. Je pouvais enfin montrer mon nouveau visage, celle que je suis vraiment, celui d’une battante, d’une acharnée de travail, d’une gourmande de la vie, d’une ambitieuse, d’une rêveuse à la conquête du monde. Évidemment, il faut se donner les moyens de son ambition.

Dans mon bagage mental, je trimballais toutes les critiques des professeurs et de  mes camarades. J’étais moche alors je deviendrais belle, j’étais bête alors je deviendrais la première de la classe, je n’avais pas de petit ami alors je n’accepterais aucun rendez-vous avec un garçon tant qu’il ne correspondra pas à mon idée de l’homme idéal.

Ce plan était devenu le mien et ma vie m’appartenait enfin. Je prenais les nouvelles critiques pour en faire une force et me rendre indestructible par les attaques verbales. Autant vous le dire, ça marche plutôt bien. Devenir enfin celle qui me ressemblait était tout ce que je souhaitais de plus cher au monde. Je n’acceptais plus d’être celle que les autres avaient décidé que je sois. Je me souviendrais toujours de cette fille très jolie qui m’avait dit « Je ne t’aime pas, c’est physique », qu’est ce que j’aimerais lui dire un grand merci ! Une prof qui m’avait insulté de « sous merde », merci aussi ! D’un autre prof qui m’avait dit que les études générales n’étaient pas pour moi, merci Monsieur. Grâce à ces gens qui me rendaient vulnérable, je nourrissais mes envies et mon ambition. Je n’étais plus dans la catégorie dans laquelle ces gens m’avaient mise sans me demander mon avis.

Je n’accepte pas l’idée d’un destin par défaut, la vie est une oeuvre créée par ses propres envies

Concrétiser ses envies 

Jusqu’à présent, je suis restée avec cet état d’esprit : maître de ma vie. Évidemment, j’ai évolué et mes envies aussi mais ma priorité est de faire de ma vie une peinture aux couleurs qui me ressemblent. Vous n’allez pas accepter qu’on vous colle une étiquette et la garder toute votre vie parce que certains ont décidé de prendre le contrôle sur vous afin d’être plus fort. Les forts gagnent toujours alors devenez le vainqueur de votre propre histoire.

Le message de cet article

J’écris cet article avec beaucoup d’émotions. Je suis pudique avec les mots alors je ne suis pas trop rentrée dans les détails. Le message est tout simplement que votre rêve caché au fond de votre esprit doit être mis en lumière et faites en une réalité, la vôtre. Si vous arrivez à ce stade de mon article, je vous en remercie ♥

Vous êtes là et vous existez, votre rêve ne peut devenir vrai seulement si vous y croyez. Que l’on soit enfant, adolescent ou adulte, nous sommes souvent pris par la fainéantise de laisser les autres nous donner une étiquette et l’on finit par rester dans cette case malgré nous. Ne faites pas cette erreur. J’ai failli être une fille timide, triste, moche et stupide parce que ces autres ne m’offraient que ce destin par défaut lorsque j’ai eu une période de faiblesse et que je laissais ce monde décider pour moi. Vous savez, l’adolescence est une étape dans laquelle on apprend et on se perd très vite par le manque de confiance en soi. Mais cette étape peut se reproduire des centaines de fois au cours d’une vie.

À ce jour, je ne compte pas que des réussites mais plusieurs échecs qui m’ont permis d’apprendre et d’avancer.

Une envie n’est qu’un challenge qu’il fait bon de relever. Si vous hésitez encore, c’est qu’il est temps de prendre ce risque.

Si vous avez des histoires de votre parcours que vous souhaitez partager, notez les dans les commentaires et papotons :-)

Bonne journée ou plutôt belle vie ! ♥

À suivre…


FacebookGoogle+Partager